Mythe ou réalité? Les envies de la femme enceinte

Les envies de la femme enceinte

Mythe ou réalité ?

Malgré l’avancée des recherches scientifiques dans le domaine, le mystère continue de planer autour des envies des femmes enceintes. Aussi insolites soient-elles, les envies ont toutes une explication rationnelle… ou presque !

Des besoins nutritionnels à l’origine des envies
D’un point de vue physiologique, selon la diététicienne anglaise Sarah Schenker (de la Fondation pour la Nutrition Britannique) si « la cause des envies durant la grossesse n’a jamais encore été entièrement établie », ce sont les besoins nutritionnels qui motiveraient ces envies. Ainsi, une carence en fer alimentera une envie de chocolat, de viande crue ou de foie. Des besoins en vitamines peuvent faire naître une envie soudaine de fraises ou d’abricots en hiver.

Qu’appelle t-on les envies des femmes enceintes ?

Ce sont des désirs alimentaires atypiques et nouveaux éprouvés par des femmes au cours de leur grossesse. Ils se manifestent souvent dès les premiers mois. En effet, le premier trimestre est pour de nombreuses femmes une période de nausées. Ces dernières sont dues aux changements hormonaux qui s’installent, modifiant la perception des go ûts alimentaires.

Les envies, expression de besoins physiologique ?

Selon les diététiciens, la cause des envies durant la grossesse n’a jamais encore été entièrement établie. Mais une théorie considère que le corps est naturellement conscient de ses besoins nutritionnels. Les envies des femmes enceintes serviraient donc à les satisfaire. Pendant la grossesse, ce phénomène pourrait être amplifié, en raison notamment des changements hormonaux, susceptibles d’engendrer certaines envies alimentaires bizarres.

Au cours de cette période, l’organisme consume plus rapidement certains apports et se retrouve parfois en état de manque. Les carences en fer ou en calcium créent de nouveaux besoins nutritifs. Pas étonnant qu’une femme enceinte ait envie de viande rouge, de légumes riches en fer ou de laitage. Certaines odeurs, au contraire, la dégoûtent, parce qu’elles lui évoquent des mets indigestes : les lubies alimentaires sont donc souvent l’expression de besoins physiologiques.

Par contre, les envies pourraient être l’expression de besoins physiologiques du bébé. Souvent, les femmes enceintes ont envie d’aliments riches en fer ou en calcium ou encore vous avez envie de chocolat cela peux sans doute dire que vous avez un manque en magnésium: des nutriments dont bébé est friand in-utéro !

Les changements hormonaux!

Sous l’effet des changements hormonaux de la grossesse, l’odorat des femmes enceintes est nettement plus développé. “Les envies pour les chaussures ou des parties brûlées sont probablement liées au sens de l’odorat. Certain femme adore manger chez les fast food par exemple pendant leur grossesse et pas avant .La femme enceinte serait en fait attirée par cette odeur très forte plutôt que par son goût”. Ainsi, selon une récente étude américaine, les estrogènes dont la concentration augmente avec la grossesse entraîneraient une hypersensibilité olfactive. Ce phénomène serait à l’origine des nausées et des “envies”, sans que le lien entre les deux phénomènes ne soit encore très clair.

Ce qui est certain, c’est que l’odorat et le goût de votre compagne seront modifiés pendant la grossesse. Selon une récente étude américaine (réalisée par deux gynécologues de l’université de Stanford, en Californie), l’explication de l’hypersensibilité olfactive de la femme enceinte viendrait des changements hormonaux et plus particulièrement de l’augmentation de la concentration en estrogènes. Ce phénomène serait à la fois à l’origine des envies … et des nausées.

Aujourd’hui encore, bien des femmes enceintes méconnaissent les principes d’une alimentation adaptée à la grossesse : elle doit impérativement être variée, équilibrée et suffisante.

Et le facteur psychologique ?

En fin de grossesse, la cause des envies est plutôt psychologique. Elle réside parfois dans le besoin qu’a la future mère de se sentir aimée et chouchoutée, les hommes connaissent cela est sont les premiers à. satisfaire toutes les envies et désirs de la future maman.

Par ailleurs, attendre un bébé implique de renoncer à ne s’occuper que de soi-même. Les envies impératives sont une façon de repousser l’échéance, en se faisant dorloter comme une princesse et permet aussi à la femme de se recentrer sur elle même.

Faut-il les satisfaire ?

En général, le futur papa s’attache à répondre aux envies de sa femme. Et tant mieux : elle vit les derniers instants de sa vie où elle ne doit s’occuper que d’elle-même. Elle cherche à être chouchoutée au maximum avant de s’occuper de son enfant.

La femme enceinte doit par conséquent satisfaire ses envies, s’écouter et se faire plaisir tout en restant raisonnable et en évitant impérativement de grignoter à toute heure de la journée pour éviter une prise de poids trop importante.

Jamais pendant la grossesse

Plusieurs choses dans votre comportement alimentaire doit être modifié

L’alcool:

Le mieux est de le supprimer complètement ou de le limiter à un verre de vin occasionnel.Il faut savoir que les risques de malformations sont majeurs au cours du premier trimestre de la grossesse. Au deuxième et au troisième trimestre, l’alcool poursuit ses sinistres ravages et peut être responsable d’un retard de croissance et d’un accouchement prématuré. De même, il exerce un effet toxique sur les neurones, pouvant entraîner des altérations du développement psychomoteur, avec des troubles du comportement et un déficit intellectuel. Si les conséquences de l’alcool ne sont pas toujours aussi tragiques, une étude de l’Inserm* a permis de mettre en évidence une diminution du quotient intellectuel de 5 à 7 points chez les jeunes enfants dont les mères avaient consommé au moins 2 à 3 verres d’alcool par jour pendant leur grossesse. Selon les résultats d’une autre étude qui a permis de suivre les enfants jusqu’à l’âge de 14 ans, ces jeunes rencontrent, pour la plupart, des problèmes de mémorisation et d’apprentissage.

Le café:

Il vaut mieux ne pas en abuser, même si les risques d’avortement spontané ou de petit poids de naissance évoqués pour de fortes consommations ne sont que des hypothèses.Plus que le café en lui-même, c’est bien de la caféine qu’il s’agit. Contenue dans le thé, le coca ou même le chocolat, elle a été associée à de nombreux méfaits sur la grossesse en cas de consommation excessive.S’il n’existe pas de preuves formelles des dangers de la caféine sur le fœtus, il y a néanmoins de fortes présomptions. La consommation de café (à raison de 2 à 3 tasses par jour) serait ainsi associée à des risques de fausses couches ou de faible poids du bébé à la naissance

Les résultats apparaissent très alarmistes. Le risque de décès in utero est pratiquement doublé chez celles qui boivent quatre à sept tasses de café par jour. Ce risque était multiplié par quatre chez celles qui dépassent 8 tasses par jour.

Les cigarettes:

Fumer met en péril votre grossesse:Continuer à fumer pendant la grossesse implique de nombreux risques désormais identifiés par les médecins :Un risque accru de fausses couches,Une augmentation de la fréquence des naissances prématurées ,Un poids à la naissance insuffisant et un développement retardé,Un risque accru de complications à l’accouchement ,Une diminution des défenses immunitaires (notamment en cas d’infection),Un risque accru du syndrome de la mort subite du nourrisson.

Le tabagisme a un effet direct sur la croissance du fœtus. Plus la mère fume pendant sa grossesse, plus faible sera le poids du nouveau-né. Fumer accroît significativement le danger que le poids du bébé à la naissance soit de moins de 2 500 grammes. Ces nouveau-nés à faible poids de naissance, sont plus exposés aux problèmes tels que la mort à la naissance, le besoin de traitement spécial dans une unité néonatale de soins intensifs et le décès pendant la petite enfance.

Fumer pendant la grossesse pourrait également accroître le danger d’un avortement spontané.
La mort soudaine du nourrisson (MSN) se produit aussi plus souvent chez les bébés de mères qui avaient fumé pendant la grossesse.
Le tabagisme diminue la quantité du lait maternel et en change la qualité.

Les femmes qui fument pendant la grossesse courent d’autres dangers concernant leur propre santé, en plus de celle du fœtus. Les anomalies du placenta et le saignement pendant la grossesse se produisent plus souvent chez les fumeuses, et plus une femme enceinte fume, plus les risques sont considérables.

L’hypertension

Contre l’hypertension de quelle façon intervenir? Ne pas fumer. ne pas trop grossir et prendre sa tension tout les quinze jours pour prevenir l’hypertension. la tension et considérer haute si son taux et egal ou supérieur a 14/9 les aliments a éviter il faut modéré l’utilisation de produits contenant trop de sel. la future mère qui souffre de tension élevée devra donc etra attentive aux aliments qui contienne du sel caché tel que : les saucissons les saucisses les aliments en boîtes les plats tout préparé il et bon d’éviter de consommer du thé ou du café qui favorise la remontée de la tension. il vaut mieux les remplacer par des tisanes. la tension élevée peut signaler une maladie!

Attention à la cigarette pour le tabac préférer un essai de sevrage avec des substituts nicotiniques (patch, gommes etc..) après une consultation avec un tabacologue. si la mère n’est pas motivé pour arrêter ce qui est rare, savoir qu’au moins on fume au mieux c’est mais surtout la façon de fumer qui compte car le taux de monoxyde de carbone qui va intoxiquer le fœtus peut être le mm avec 5 cigarettes qu’avec 10 cigarettes fumées. je pense que les effets néfastes du tabac sur l’enfant sont connus

Liste des aliments vraiment pas conseillés pendant la grossesse:

Consommer des charcuteries
séchées et salées, comme le salami et le pepperoni, qui ne
sont pas propices à la prolifération
de Listeria. De plus, vous pouvez réduire le risque en
r échauffant bien les charcuteries.

Les fromages à pâte molle et semi-molle, comme la féta, le brie, le camembert et le fromage bleu, s’ils sont faits de lait non pasteurisé.

Pour plus de sûreté Consommer du lait et des produits laitiers pasteurisés, y compris des fromages faits de lait pasteurisé.

Les pâtés réfrigérés et la viande à tartiner.

Pour plus de sûreté
Choisir des pâtés et des viandes à tartiner en conserve ou de longue conservation.

Les poissons et fruits de mer fumés et réfrigérés.

Pour plus de sûreté
Faire cuire les poissons et fruits de mer fumés et choisir des
poissons et fruits de mer fumés en en conserve ou de longue conservation.

Les viandes, poulets et poissons
crus ou pas assez cuits.

Pour plus de sûreté
S’assurer de bien cuire la viande, le poulet et le poisson.

Voyage en plein Thailande

De retour de Thaïlande.

Quelle belle vie, la beautés du paysage, la chaleur, la nourriture et surtout les massages…

Bangkok, non seulement est la plus belle ville du monde pour moi, mais abrite des centaines de salons de massage. Du très bon aux moyens. Pour mon séjour de 4 semaines, la recette était simple. 2 Heures de massage thaïlandais par jour. Je peux vous assurer qu’après une semaine des vacances, je me sentais comme nouveau-né. Le massage thaïlandais est une pratique très ancienne qui vient d’inde. Un Massage habillé, le client portent des vêtements confortables et sont allongés sur un petit matelas, comme pour faire du Yoga.  Vous trouverez toutes les informations que vous cherchez sur le site de Wikipédia ici.

Je me suis donc lancé dans une formation au massage thaï. Le premier stage est de maîtriser ses membres. Pourvoir, donner un massage très vivifiant sans trop se fatiguer. Pour beaucoup de thaïlandaise, l’apprentissage commence dans la famille et permet de maîtriser une pratique très difficile. l’important est le respect de la tradition originale. Mais pour une “falang” (comme il appelle les étrangers blancs ici à Bangkok) c’est tout une autre histoire. Mais plusieurs jours de cours, beaucoup de volonté et de pratique, j’arrive maintenant à donner un massage de certaines heures sans problème.

Comme je vous disais, de retour a Zurich, après un vol de dix heures et demie, il me fallait absolument à nouveau un massage. Je me suis mis à la recherche et j’ai trouvé une superbe masseuse qui donne un formidable massage. je vous conseille donc vivement le salon de massage thaï Sabaydee. Allez y et faites un petit séjour en Thaïlande. Pour ma part, il me faudra attendre encore une année avant de retourner à Bangkok. J’aurai donc tout le temps pour m’occuper de mon blog.  À dans très peu de temps.

Le régime Zen – Maigrissez Zen

Le régime Zen

Le régime Zen. Du riz, du riz, du riz (soit environ 300g par jour), cuit sans sel, mais aromatisé au miel et aux épices, des fruits et c’est tout !

Le principe mono-diète!

C’est le principe de la “monodiète”, ou l’on n’ingère qu’une ou deux sortes d’aliments. Un régime choc mais avec des résultats rapides…

Info vérité: C’est un régime fatiguant (on perd 3 kilos par semaine environ).
L’absence de sel peut entraîner des problème de santé.
A ne pas suivre plus de 10 jours.

La journée type

Eau, thé, tisane (sans sucre) à volonté

Petit déjeuner
Un grand verre de jus frais d’orange, pamplemousse ou pomme
Un bol de riz mélangé à des fruits coupés en morceaux (5 cuillères à soupe, sauf banane et fruits secs) et sucré avec 1 cuillère à café de miel
Un thé sans sucre.

Dans la matinée
Une pomme ou une orange ou une pèche

Déjeuner
Un grand bol de riz aromatisé à al canelle avec une cuil à soupe de raisins secs. Un fruit ou un mélange de fruit (petit bol).

Collation
Un fruit

Dîner
Un grand verre de fruits frais (comme le matin)
Un grand bol de riz sucré au miel
Un bol moyen de salade de fruits.

Avant d’aller dormir
Un verre de jus de pamplemousse sucré avec 1 cuil à café de miel.

Avis:

Un petit avis en passant : ce régime est déséquilibré et idiot. Mais cela sert toujours de le connaître.

bien A vous!

Craquez sur une douceur

Vous êtes en plein régime hypo?

et vous craquez sur une ‘douceur‘ ,

Craquez sur une douceur au lieu de vous en vouloir a mort et de tout balancer pour la journée.

Regardez combien de calories vous avez pu prendre, et essayer de rééquilibrer le reste de la journée!

Et même incorporer une douceur dans la journée ça peut faire beaucoup de bien au moral!

 

Les Calories de nos écarts

Les “Ecarts salés”

Big Mac McDonald’s 1 unité = 211 g
511 cal

Cacahuètes salées 100g
596 cal

Chicken McNuggets 4 unités = 70 g
188 cal

Chicken McNuggets 9 unités = 158 g
425 cal

Chips 1 paquet=125 g
707 cal

Chorizo (2 tranches 20 g
100 cal

Croque-Monsieur 1
de 344-396 cal

Foie gras 1 tranche=40 g
180 cal

Ketchup 1 c. à soupe=15g
16 cal

Les “Ecarts sucrés”

Banasplit 1 coupe = 200 g
412 cal

Barre Kinder 1 barre = 13g
69 cal

Barre Kinder Bueno 1 barre = 21,5 g
245 cal

Barre Ovomaltine 1 barre = 23g
106 cal

Glace Häagen Dazs choc. 1 batonnet = 108 ml
389 cal

Bounty de Mars chocolat 1 = 57 g
269 cal

Bounty glacé 1 = 84 g
300 cal

Brioche 100 g
386 cal

Brownie 1
378 cal

Brownie McDonald’s 1 = 50 g
226 cal

Crème brûlée la laitière 1 pot = 100 g
291 cal

Croissant en boulangerie 1
183 cal

Danette 1 unité=125
152-181 cal

Datte sèche 1 unité = 8 g
25 cal

Esquimau au chocolat 1
112 cal

Galette des rois portion 100 g
498 cal

M&M’s aux cacahuètes 1 paquet =45 g
231 cal

Mars 1 = 50 g
226 cal

Marshmallows 5 unités = 10 g
38 cal

Mille Feuilles en boulangerie 1
320-551 cal

Mousse chocolat Gervais-Danone 10 cl
148 cal

Mousse chocolat Sveltesse Nestlé 120 g
74 cal

Nutella 1 c. à café=15 g
81 cal !!!!

Pim’s orange de Lu 1=12,5 g
48 cal

Prince chocolat de Lu 1
117 cal

Truffes au chocolat 1 = 20 g
115 cal !!!!!

Grossesse et seins gonflés: hypersensibilité?

Grossesse et seins gonflés

Grossesse et seins gonflés: Le symptôme le plus précoce, souvent, est le gonflement et l’hypersensibilité des seins. C’est un symptôme très caractéristique, mais qui survient aussi en fin de cycle, (juste avant les règles) chez de nombreuses femmes. A quoi est-il dû ? À l’action des oestrogènes, qui stimule les glandes des seins et les emplissent d’eau, pour les préparer à une éventuelle grossesse. En fin de cycle, la production d’oestrogènes est à son apogée. Lorsque la femme n’est pas enceinte, cette production chute, les règles apparaissent et les seins dégonflent en quelques jours. Lorsque la femme est enceinte, l’embryon fabrique des oestrogènes qui continuent à stimuler le sein.

Conclusion :

Une femme qui a des rapports sexuels non protégés + un retard de règles inhabituel + les seins gonflés ou douloureux a de fortes chances d’être enceinte si retard de règles et gonflement des seins est supérieur à 7 jours. En dessous d’une semaine de retard, il peut s’agir d’un cycle sans ovulation, qui donne les mêmes symptômes.

Il peut y avoir d’autres raisons pour que vos seins soient gonflés

Grossesse et seins gonflés

Il y a plusieurs probabilités :

– le changement de pilule
– à l’approche des règles, les seins sont plus sensibles et de ce fait plus gonflés.
– un soutien gorge qui vous compresse (trop serré)
– un traitement médical
– Vous avez fait des mouvements de gym trop importants
-Le cas d’une tumeur est peu probable sauf si vous avez dépassé la quarantaine.
-possibilité aussi d’une infection bactérienne.Vérifiez si votre sein est chaud et prenez surtout votre température si elle est supérieur à 38 °c allez consulter votre médecin généraliste.
-Le symptôme prémenstruel peut également donner des seins gonflés, les seins peuvent être tendus et leur volume augmentés. Cela peut aller de la simple gêne avec impression de lourdeur jusqu’à des douleurs importantes, au moindre contact, ou ” mastodynie ” ;
-Puberté : on peut soulager la douleur avec du doliprane et un linge frais sur la poitrine.

Attention à ne pas confondre:

Il est important de faire la distinction entre une mastite (une infection des glandes mammaires) et des canaux lactifères bloqués.
Dans les deux cas, vos seins seront lourds et douloureux, avec une certaine rougeur due à l’enflure. Dans le cas de la mastite cependant, la douleur se fait plus intense, il y a de la fièvre et il est souvent nécessaire de recourir aux antibiotiques. Dans ce cas, vous comprendrez l’importance d’une visite médicale.

Cancer du sein :

Changement à rechercher dans vos seins

  • De nouvelles bosses, même si elles ne sont pas douloureuses ou sensibles
  • Un épaississement inhabituel de votre sein
  • La présence d’un liquide épais ou de sang à la pression de vos mamelons
  • Un changement sur la peau de vos mamelons ou de vos seins, par exemple l’apparition de fossettes ou de plis
  • Une augmentation inhabituelle de la taille d’un sein
  • Un sein beaucoup plus bas comparativement à l’autre

Consulter surtout votre médecin!

Herpes et grossesse: Risque de transmission?

Herpes et grossesse: Attention danger !!!

Risque de transmission?

Herpes et grossesse. Le virus de l’herpès appartient à la même famille que celui de la varicelle, du zona, du virus Epstein-Barr (responsable de la mononucléose infectieuse), du cytomégalovirus, de l’herpès numéro 6 (responsable d’une maladie appelée exanthème subit). Infections provoquées par ce virus :
l’herpès virus de type 1 (HSV1) est responsable de l’herpès survenant au niveau de la tête, de la bouche et des yeux.

La mère peut transmettre l’herpès à son bébé.

La mère peut transmettre l’herpès à son bébé. Le risque de transmission est le plus élevé si l’infection initiale a lieu vers le moment de l’accouchement. Le virus est transmis au bébé in utero ou pendant le passage dans une filière pelvienne infectée. Une première infection survenant pendant la grossesse accroît le risque d’avortement spontané, de diminution de la croissance fœtale et de travail prématuré. Environ 50 % des enfants nés naturellement de mères infectées pour la première fois sont infectés par le virus de l’herpès. Chez les autres femmes atteintes d’herp ès, 4 % seulement des bébés sont infectés.

Quand une femme a une poussée active d’herpès génital au moment de l’accouchement, l’accouchement se fait généralement par césarienne pour prévenir la transmission de l’herpès au bébé.

30 à 60 % des enfants infectés par l’herpès à la naissance meurent pendant le premier mois.

30 à 60 % des enfants infectés par l’herpès à la naissance meurent pendant le premier mois. Ceux-qui survivent souffrent de complications de longue durée telles que l’arriération mentale et des crises. Pour prévenir la transmission du virus à leur bébé, les femmes enceintes doivent discuter de tout antécédent d’herpès avec leur prestataire de soins et prendre des mesures adéquates pour prévenir l’infection pendant la grossesse.

Comment puis-je savoir si je suis atteinte d’herpès génital?

Si vous avez des symptômes génitaux, l’examen le plus courant est une mise en culture du virus qui permet de détecter la présence de virus de l’herpès simplex des sites génitaux atteints. Pour réaliser ce test, votre médecin doit réaliser un prélèvement à l’endroit même de la lésion en cours d’évolution, de préférence le premier jour. Les résultats sont en g énéral obtenus aux environs d’une semaine.

Si vous n’avez pas de symptômes, un examen sanguin pourra indiquer si vous êtes contaminés par le virus de l’herpès simplex-2 (le type de virus de l’herpès simplex qui atteint habituellement les organes génitaux). Un examen sanguin peut également signaler si vous êtes porteuse du virus de l’herpès simplex-1, traduisant généralement un herpès facial.

Le test sanguin le plus exact est le Western Blot, le plus souvent utilisé en recherche. D’autres examens tels que les immunoblots et le POCKIT sont plus largement utilisés. Certains de ces tests peuvent uniquement identifier l’infection au virus de l’herpès simplex sans différencier type 1 et 2, d’autres sont plus puissants et permettent de dire si il y a des anticorps soit anti-herpes simplex 1 soit anti-herpes simplex 2 soit les deux.

Consultez votre médecin.

Consultez votre médecin, car la disponibilité de ces tests varie en fonction des pays et certains tests sont plus fiables que d’autres.

La transmission de l’herpès génital

L’herpès génital se transmet par contact cutané direct (peau contre peau) avec la zone infectée. Bien que le risque de transmission culmine durant une poussée, l’herpès génital est généralement transmis au cours d’une période d’excrétion virale asymptomatique (présence du virus sur la peau en l’absence de lésions ou de symptômes décelables). Voilà pourquoi il est important d’avoir des relations sexuelles protégées en tout temps. L’abstinence est recommand ée durant les poussées.

On peut aussi transmettre le HSV à l’occasion de relations sexuelles buccogénitales. La transmission de l’herpès labial à la région génitale est plus fréquente que la transmission de l’herpès génital au visage, mais il importe de se protéger durant tout rapport sexuel avec un partenaire atteint de l’une ou l’autre forme d’herpès.

Il arrive que l’herpès soit transmis d’une partie du corps à une autre, mais cela est rare. Ce phénomène, appelé autoinoculation, survient généralement au cours de la primo-infection. Lavez-vous les mains avec de l’eau et du savon après avoir touché à une lésion ou à une vésicule afin de réduire le risque d’autoinoculation, au niveau des yeux notammen.

COMMENT DIMINUER LES RISQUES DE CONTAMINATION APRES L’ACCOUCHEMENT

Lors des premiers jours de la vie, le nourrisson est vulnérable car son système de défenses immunitaires est encore immature et mal armé pour lutter contre certaines maladies.
A ce stade, la contamination du bébé par le virus de l’herpès peut se faire par le baiser d’une personne porteuse d’un herpès labial (bouton de fièvre). Les conséquences peuvent être graves pour le nourrisson.
Il est donc primordial de respecter certaines mesures d’hygiène dés la naissance

HYGIENE REDOUBLEE POUR PRESERVER BEBE

Il est important que les équipes obstétricales et pédiatriques soient informées des éventuels antécédents d’herpès du couple. Des mesures spécifiques de prévention seront alors instaur ées lors des premiers soins du bébé.

Les parents et toute personne en contact avec l’enfant doivent systématiquement :
—- Se laver soigneusement les mains avant de prendre l’enfant
—- Séparer leurs serviettes et gants de toilette de ceux du bébé
—- Eviter absolument d’embrasser l’enfant si un bouton de fièvre apparaît.

Herpès néonatal

La contamination du fœtus se fait principalement lors du passage du nouveau-né dans la filière génitale (col de l’utérus, vagin, appareil sexuel). Elle peut également avoir lieu lors d’une rupture prématurée des membranes (membrane translucide constituée d’une poche appelée la cavité amniotique dans laquelle se situe le liquide amniotique où baigne le fœtus). Dans ce cas, la contamination (souillure par les germes pathogènes) se fait dans les 6 heures qui suivent la rupture de la poche des eaux. Le risque pour le nouveau-né est augmenté quand il présente des plaies (pose d’électrodes sur le cuir chevelu).

La présence de l’herpès chez le nouveau-né se traduit sous plusieurs formes :

Les Signes et symptômes d’herpès néonatal

  • Convulsions
  • Fièvre
  • Manque d’énergie
  • Vomissements
  • Ictère (jaunisse)
  • Pneumonie
  • Irritabilité
  • Rougeurs et enflure aux yeux (conjonctivite) avec ou sans pus
  • Respiration difficile
  • Manque d’appétit
  • Lésions – vésicules, ulcères, puis croûtes, comme chez l’adulte. Les lésions se forment généralement sur la partie du bébé qui a été expulsée en premier, c’est-à-dire la tête, si le bébé est né par la tête, ou les fesses, s’il s’est présenté par le siège.
  • Éruption cutanée rouge ou violacée précédant ou remplaçant les lésions
  • Troubles du système nerveux

C’est article n’est pas une consultations médicale.

Consultez votre médecin

Plus d’infos: ici

Comment traiter les nausées pendant la grossesse ?

Les nausées de la femme enceinte

Comment traiter les nausées pendant la grossesse ?

Grand nombre de femmes savent que les nausées et les vomissements qui accompagnent la grossesse sont désagréables, mais elles sont moins nombreuses à savoir qu’ils peuvent être le signe d’un problème plus grave.

Que sont les nausées de grossesse ?

Les nausées et vomissements de la grossesse (NVG), communément appelés « nausées matinales », touchent entre 50 et 80 % des femmes enceintes. Même si les femmes en souffrent depuis des siècles, on connaît toujours pas les mécanismes ou les causes exactes. Les NVG sont probablement attribuables plusieurs facteurs (un ensemble de changements physiologiques, des niveaux d’hormones plus élevés, une plus grande sensibilité aux odeurs, etc.).

Les odeurs?

Le système olfactif de la femme enceinte est modifié dès les premières semaines de sa grossesse et devient beaucoup plus sensible. Ainsi, certaines odeurs qui étaient généralement agréables ou sans conséquences particulières, deviennent terriblement gênantes et provoquent ces fameuses nausées. Votre yaourt préféré, votre parfum habituel, l’odeur de l’essence ou de la peinture fraîche deviennent de véritables cauchemars !

Plusieurs éléments pourraient l’expliquer : la montée de l’hormone de la grossesse (HCG), le stress lié au fort désir d’être enceinte, enfin l’anxiété à la perspective de l’accouchement. Mais le facteur principal serait la modification des sens, comme le goût, et surtout le sur-développement de l’odorat. La moindre petite odeur désagréable est perçue comme gênante et peut déclencher des nausées. Les spécialistes ont aussi constaté que les nausées sont plus fréquentes chez les femmes de moins de 35 ans, les obèses, les non-fumeuses et lors d’une première grossesse.

Une autre théorie?

Une autre hypothèse a été exposée par certains chercheurs. Selon eux, les nausées sont issues d’un ancien mécanisme qui visait à protéger le fœtus contre les poisons. Étant donné la variété des aliments qui sont aujourd’hui à notre disposition, il n’est pas étonnant que ce système de protection soit déséquilibré et rejette des aliments pourtant sains.

En effet, plusieurs études ont révélé que les femmes ayant des nausées présentent un taux plus faible de fausses couches ou de défauts héréditaires que les autres.

Comment traiter les nausées pendant la grossesse ?

Mesures non médicamenteuses. La plupart des nausées et vomissements liés à la grossesse peuvent se gérer avec des mesures non médicamenteuses, mais aucune prise en charge n’a été évaluée de manière rigoureuse. La prise fréquente (toutes les 2 à 3 heures) de boissons ou d’aliments en petites quantités (de préférence pauvres en graisses) peut être conseillée. D’ autres mesures peuvent être utiles: éviter les odeurs de nourriture qui provoquent des nausées, prise de boissons gazeuses, repos en position couchée, air frais régulier.

Mesures médicamenteuses Des médicaments contre les nausées et vomissements sont souvent pris durant la grossesse. Leur efficacité n’a toutefois pas été examinée dans des essais cliniques rigoureux, et les informations concernant un risque tératogène éventuel sont généralement limitées. Quand un médicament est jugé nécessaire, le choix doit porter sur le mieux évalué, avec des études épidémiologiques dont les résultats sont rassurants quant à la tératogénicité

Voici quelques suggestions pour éviter d’avoir des nausées:

  • Mangez des biscuits salés 15 minutes avant de vous lever
  • Essayez des aliments qui sont censés alléger la nausée, tels que la limonade, le soda au gingembre et le melon d’eau
  • Évitez les aliments épicés ou riches en matières grasses
  • Mangez de petites collations toutes les deux heures, mangez quand vous avez faim et ne manquez pas de repas
  • Privilégiez les aliments froids (considérés comme plus faciles à tolérer que les aliments chauds)
  • Buvez assez de liquides chaque jour, un peu à la fois et jamais lors des repas
  • Levez-vous lentement et ne vous allongez jamais après un repas
  • Évitez les excès de chaleur et les odeurs fortes
  • Ayez recours aux médecines douces, notamment les tisanes ou les comprimés au gingembre, l’acupuncture et l’acupression

 

Avez-vous eu des nausées désagréables?